Recherche

Qu'est ce que la Géo-Anthropologie ? Qu'est-ce que l'anthropologie pluraliste ?


La pluralité comme solution à la mondialité

Il a existé plusieurs sortes de pluralités dans l'histoire humaine, chacune correspondant à un état des "métaphores orchestrales" en vigueur. La pluralité des religions a fonctionné par rapport à des logiques discursives qui les rassemblaient et les séparaient à la fois. Ainsi les monothéismes occidentaux (moyen orient inclus) forment-ils une discussion sur le jugement porté par une instance supérieure quant à la qualité des relations sociétales : unité dans la dispersion pour le judaïsme, égalité pour le christianisme, rassemblement des énergies tribales nomades pour l'islam. La pluralité des nations a tenté de gérer (impérialismes inclus) l'homogénéité des peuples, promis de toutes façons à l'universalité. Mais quand cette dernière s'instaure profondément avec la mondialité actuelle, on cherche la pluralité qui lui est adéquate. Celle-ci s'avèrera nécessaire, pour autant que toute totalité est autoréférence, et toute autoréférence est paradoxe et finalement antinomie. Nous en vivons les souffrances et les symptômes au travers des réactivités violentes à l'individualisme "pour tous", cette logique totaliste inévitable de la modernité universaliste. Une pluralité spécifique de notre temps réside probablement dans la division interne de la totalité mondiale, non plus seulement en religions et nations,mais en grandes dimensions ou modes de vie humains. Cette pluralité "anthropologique" commencera par faire scandale et marginalité, car elle s'élève contre la tendance à la fusionalité établie, par exemple, dans la souveraineté nationale. Mais plus tard, elle est appelée à exiger sa part de souveraineté mondiale : ainsi du monde des villes, du monde de la culture et de ses hauts lieux, du monde des vicinités, de celui de la nature non artificialisée, ou même celui des technophilies. Ainsi, demain sera-t-il celui du "multimonde" et des sociétés civiles différentes qu'il implique. Ou bien les paradoxes inhérents à l'autoréférence mondialitaire se voulant totaliste, égalitaire et humaniste exerceront des ravages par l'impossibilité de former des identités supportables. Toute la difficulté est de penser cette pluralité de la mondialité sans se rabattre sur les anciennes globalités partielles prétendant , comme religions et nations, à une souveraineté absolue. L'auteur s'adresse ici en chacun à notre projection dans l'avenir proche et inévitable. Il est en effet plausible qu'une nouvelle pluralité soit une condition sine qua non pour résoudre, par exemple, l'antinomie émergente entre l'intérêt des humains vivants et celui des générations futures, ou entre l'individu abstrait et ses investissements affectifs et ses solidarités particulières. La réflexion proposée, sous l'apparente affabilité un peu molle de l'idée de "pluralité", invite à dépasser les catégories identificatoires extrêmement conflictuelles de l'actualité, qu'elles renvoient au clocher, à la mosquée, ou à la planète supposée entièrement peuplable de clones éthiques et de robots démocrates. Elle propose un effort vers l'intelligence et son courage propre : celui de ne pas s'en remettre aux métaphores éteintes, et d'imaginer les nôtres et celles de nos enfants.



préambule (le texte complet est disponible sur Amazon, Kindle et Createspace

Dans notre ouvrage précédent -« Culture humaine et so-ciété-monde »-, nous avons remonté le temps pour nouer, en une seule vision, la passion de nos ancêtres -les premiers primates parlants- pour l’unité d’un groupe toujours plus grand, et l’aboutissement de cette tendance au stade d’une humanité planétaire.
Nous avons, d’un même mouvement, considéré les contre-tendances, les remous, les « mascarets » qui y appa-raissent à chaque époque, comme résistances à l’unité et à l’unicité. Nous avons observé notamment quelques simili-tudes entre périodes, allant jusqu’à prétendre dégager une sorte de loi : l’énergie de l’unification, soutenue par la peur de l’hostilité extérieure, semble se muer d’autant plus en une énergie du « ressentiment intérieur » que l’unité est ef-fective sur des échelles plus grandes.
Toutefois, cette énergie « négative », opposant les membres d’une même société les uns aux autres, tend aussi à se stabiliser en allant chercher les formes les plus « équi-librées », c’est-à-dire au fond celles qui permettent au groupe le plus large de ne pas se dissocier…tout en se di-visant entre des dimensions souveraines et pourtant liées.
Le mouvement de progrès vers une certaine paix inté-rieure ou civile n’en est pas pour autant naturel, ou aisé. Il est d’autant plus laborieux, contourné, différé, zigzaguant, qu’il faut à chaque fois dépasser les formes consolidées, voire les briser pour promouvoir des agencements plus gé-néraux, libérés de contraintes plus anciennes. De plus, l’accès à des structures plus élevées entraîne des problèmes spécifiques : ainsi, par exemple, de la démocratie, qui, inventée par les Grecs du Ve siècle (A.C.), et se révélant dans la plupart des cas la moins pire des solutions, n’est pas exempte de défauts (bien analysés par les Anciens, d’ailleurs). Ces défauts inhérents au régime peuvent s’arti-culer avec ceux découlant d’une augmentation du nombre, et aussi avec ceux d’une technicité de plus en plus performante et productive.
Il peut survenir dans le processus historique de multiples phénomènes qui orientent les structures de pluralité interne vers des impasses, des impossibilités, des incompatibilités, et par tant nous engagent dans autant de difficultés, voire de drames et de tragédies. En sorte que les sociétés humaines doivent toujours trouver de nouvelles formes pour se soutenir elles-mêmes sans trop contrarier le mouvement général d’unification universelle.
Mais ces remaniements eux-mêmes ne sont pas exempts de souffrances. Il peut, par exemple, exister des « retards » si importants de la part de certains groupes dans l’adap-tation à un mouvement d’ensemble plus ou moins harmo-nieux, qu’ils se trouvent obligés à une « course en avant » des plus pénibles pour leurs peuples ou fractions de ces derniers. Leurs réactions à ce « stress » peuvent être par-fois injustes, voire criminelles.
Il se peut encore que, des solutions palliatives des effets de l’autoréférence sans repères se répandant au plan de ci-vilisations entières couvrant d’immenses territoires de la Terre, celles-ci finissent par se rencontrer, avec un potentiel conflictuel renforcé du fait même de leur homogénéité acquise. Mais il ne faut pas voir ce thème –cher au philo-sophe politique Samuel Huntington- comme isolable de toutes les apories rencontrées par l’unification et la plurali-sation. Je ne crois pas, ainsi, que les « civilisations » for-ment des blocs indestructibles, inamovibles, incapables de se croiser, voire de fusionner partiellement, même si l’effort exigé de ses membres est considérable, qu’il découle d’une situation de forçage par la domination, ou d’une adaptation spontanée.
Nous partirons ici d’une « mondialité » supposée réali-sée (par rapport à la dernière vague de «globalisation »), et néanmoins en mouvement constant à toutes ses échelles, à commencer par les formations les plus larges et les plus nébuleuses qui les accompagnent, comme les idéologies transnationales diffuses, ou les religiosités -sachant, par exemple, que les migrations sont nettement connotées avec elles-. D’autres grandeurs sont aussi examinées, pour ainsi dire « filmées » dans leurs dynamiques contemporaines : familles, régions, villes, entités nationales et multinationales, institutions diverses, telles qu’elles se « clonent » ou se référencient mutuellement d’un lieu à l’autre de la planète : entreprises, ministères, systèmes éducatifs et sociaux, publics ou privés.
Le but que nous nous donnons est, à chaque fois, de comprendre comment ces « choses sociales » tendent à la fois à devenir « sociétales », c’est-à-dire des entités com-plètes, fermées sur elles-mêmes, des représentations de to-talités micro- aussi bien que macroscopiques, et à se diviser en dimensions dialoguant les unes avec les autres dans leur propre intériorité, ou encore avec les entités extérieures.
Un Etat-Nation, par exemple, tend à être une « bulle ». Cela ne l’empêche pas de se situer par rapport à d’autres, proches ou lointains, soit en imitation, soit, au contraire, en opposition. Souvent, les Nations ne sont pas seulement des territoires (quand elles le sont) : elles sont aussi des « posi-tions » dans des sortes de conversations, même si les diffé-rences de départ s’expliquent par des spécificités écolo-giques et économiques.
De même, à l’intérieur d’un territoire national, les va-riances nécessairement « physiques » (Nord ou Sud, mon-tagne, plateau, plaine ou mer, etc.) sont-elles toujours symbolisées, voire resymbolisées en fonction d’oppo-sitions signifiantes sur les plans culturel, politique, social. Les catégories qui en résultent peuvent être aussi remode-lées, anamorphosées (déformées) par l’attraction des sys-tèmes extérieurs ou supérieurs (incluant plusieurs Nations, par exemple).
Ainsi peuvent naître, aujourd’hui comme hier, de nou-velles souverainetés, dès lors que nous en accepterions les principes : la sacralité de l’ écoumène mondial est source d’appels à une souveraineté dépassant à terme celle des na-tions. Des domaines ou dimensions essentielles comme la Nature, la Culture, la Ville, la Technique, sont aussi des ensembles mondiaux qui peuvent exiger des reconnais-sances spécifiques inconditionnelles, bien au-delà de simples « délégations » de pouvoir. Elles peuvent aussi de-venir des puissances publiques et démocratiques en vis-à-vis de celles qui se réclament des territoires linguistiques ou communautaires.
Le résultat idéal de ce travail « géoanthropologique » devrait être la composition d’un tableau comparatif, à la fois suffisamment simple et complexe pour rendre compte de l’actuelle « condition humaine » dans ses orientations et ses potentialités d’unification et de pluralisation, et pour aborder surtout les différences régionales, nationales et lo-cales avec une méthode robuste.
Cette dernière ne se substitue pas aux approches et dis-ciplines spécialisées auxquelles, au contraire, elle invite, mais elle devrait permettre de ne pas s’y perdre, et d’y suivre assez rapidement des « fils » de lecture et d’analyse qui peuvent, in fine, saisir les aspects concrets en jeu dans les échanges politiques, sociaux et commerciaux.

Vendredi 29 Avril 2016 - 00:12
Vendredi 29 Avril 2016 - 00:18
Denis Duclos
Lu 235 fois

Nouveau commentaire :

Introduction aux sujets principaux/ Introduction to key topics | éléments pour une géo-anthropologie (geo-anthropology) | Théorie de la pluralité/Pluralist Theory | Séminaire " PLURALITE OU DYSTOPIE " (Présent et avenirs alternatifs de la société-monde) | Séminaire "Société-monde" de Comberouger | Eléments du séminaire anthropologie analytique/géoanthropologie (2000-2008) | L'actualité en anthropologie de la société-monde / updates on the anthropology of world-society | Géopolitique et géostratégie | Origines et dynamiques des cultures / origins and dynamics of cultures | Les conversations entre cultures / conversations between cultures | Psychisme et culture | Fonder l'anti-sociologie | Fonder les places du singulier et du familier en sciences humaines / setting up the bases of singularity and familiarity | L'actualité dans les sciences de l'homme et de la société / updates on human and social sciences | Analyses de la "grande crise contemporaine" | tueurs en série, tueurs-suicidants de masse : symptômes du Sociétal | Les "grandes peurs" :symptômes muets de désirs et de besoins humains | Histoire d'un chercheur / a researcher's story | Publications | direction de thèses | textes de D.Duclos traduits du français/ Denis Duclos' Texts translated from French (English, German, Italian, Spanish, | bibliographies des thèmes travaillés par Denis Duclos / bibliographies of subject matters studied by Denis Duclos | le programme de recherche de Denis Duclos au CNRS / Denis Duclos' research program at the CNRS | Projets de manifestations, séminaires, rencontres et colloques | Imaginary dialogues (which could have been real if anyone had responded) | questions et choix philosophiques | Prises de positions, alertes / stands, warnings,whistle blowing | Papers, réflexions, interventions, réactions, propositions... / papers, reflections, reactions, interventions, proposals | Thèmes spécifiques (ecologie, risque) / Specific subjects (ecology, risk) | Essais et Romans de Denis Duclos / Essays and Novels by D.Duclos | Rabelaisiâneries / Rabelaisian jest


Menu