texte P.Bourdieu "la maison ou le monde renversé"

 CHEGUILLAUME
Samedi 1 Décembre 2012

Version imprimable
[Ignorer]
J'ai lu le texte de P.Bourdieu, " la maison ou le monde renversé" mais c'est loin d'être clair pour moi.
J'arrive pas à repondre à ces deux questions : Quels sont les principaux traits caractéristiques de la maison kabyle et quel est
le lien entre la structure de la maison et l'utilisation de l'espace par les hommes et les femmes ?

quelqu'un pourrait m'eclairer ?
 Alexandre Duclos
Mercredi 5 Décembre 2012

Version imprimable
[Ignorer]
Bonjour Guillaume,

"La maison ou le monde renversé est un texte assez étrange dans l'oeuvre de Bourdieu, dont la composition précède l'"Esquisse d'une théorie de la pratique" dans laquelle Bourdieu pose les fondements théoriques qui l'accompagneront dans le reste de son oeuvre (notamment habitus, structurante et structure structurée, domination, champ...). De fait, ce texte sur la Kabylie se situe entre une tentative d'anthropologie structurale et l'interprétation poétique d'un terrain réalisé. Mais prenons les choses posément :
-Quels sont les principaux traits caractéristiques de la maison kabyle ?
Si la question est technique, alors la réponse est immédiatement donnée par le texte -"L'intérieur de la maison kabyle présente la forme d'un rectangle qu'un petit mur à claire-voie s'élevant à mi-hauteur...-
Si la question est plus générale, alors la réponse est plus générale mais elle est mal posée. La maison kabyle est ici décrite dans le détail de son organisation symbolique, ce qui ne signifie pas qu'on ne retrouvera pas ces traits "caractéristiques" dans d'autres sociétés.
Cet espace est structuré sur une série d'opposition. La première opposition sur laquelle Bourdieu ne s'attarde pas, c'est la séparation entre les animaux et les humains. Première opposition entre l'humain et le non humain.

La seconde opposition n'est pas exactement une opposition entre hommes et femmes. C'est d'abord une opposition entre l'intérieur et l'extérieur, qui correspond à une opposition entre le monde masculin d'une part et d'autre part le monde des relations entre hommes et femmes et entre femmes. Les couples d'oppositions sont donc
intérieur//extérieur
[rapports féminins masculins, féminins-féminins] // monde masculins.

La femme est ici considérée comme le pilier de la maison, celle qui fait fonctionner le foyer, qui économise, prépare, organise, dispose tout ce que l'homme rapport de l'extérieur, elle est le soutien de la maison; le pilier qui ne peut en sortir -sauf à de rare occasion, pour aller chercher de l'eau par exemple, elle doit effectuer un travail caché, un travail réalisé dans la partie obscure de la maison.

L'espace de la maison invite l'homme à en sortir, à partir à la rencontre des autres hommes, à se confronter à la communauté politique, il effectue un travail qui doit se réaliser dehors ou dans la partie lumineuese de la maison.

La maison est construite selon une opposition des sexes, et une autre opposition, fécondité humaine et fécondité humaine.
L'homme sort, la femme est l'intérieur, le travail des uns et des autres fonde des fécondités interdépendantes.
Cette opposition se poursuit dans l'orientation de la maison dans l'espace. La sortie et l'homme seront à l'Orient, la femme elle, et surtout la jeune fille sont l'Occident.

Il est amusant de constater qu'aujourd'hui, en Egypte, il courant de s'entendre dire ou de lire que la femme est la porte d'entrée de l'occident, c'est à dire de l'influence judéo-américaine néfaste. Il n'y a pas là un simple jeu de mot dans la représentation de l'espace mondial est vraiment fondé là bas sur mouvement allant d'est en ouest, mouvement de conquête et de conversion perçu comme inéluctable.
 Besarah
Jeudi 5 Mars 2015

Version imprimable
[Ignorer]
Bonjour je cherche désespérément à trouver le texte de Bourdieu sur l'habitat kabyle etc et donc la maison ou le monde renversé , ou puis je me le procurer ? l'acheter en livre papier ?

Merci
 Alex tacer
Dimanche 29 Octobre 2017

Version imprimable
[Ignorer]
Pour moi non plus ce texte n est pas clair
J ai à peu près compris la réponse d Alexandre mais que répondre à ça :
Repérer comment se fait la gestion de l'espace et quels sont les facteurs culturels qui sont pris en compte dans cette gestion ? → En fonction de quels facteurs culturels est faite en gestion de l’espace ?
Merci d avance
Alex
 Denis Duclos
Dimanche 29 Octobre 2017

Version imprimable
[Ignorer]
Il n'y a rien de bien mystérieux. Le texte de Bourdieu s'inscrit dans un hommage à Claude Lévi-Strauss, l'anthropologue de génie qui a compris que toute société organise chacun de ses éléments (spatial, temporel... culinaire, musical, visuel, scriptural, etc, etc.) dans un ensemble structuré comme un langage l'est (par exemple le système des phonèmes d'une langue ressemble à l'organisation d'oppositions possibles autour d'un phonème "zéro", imprononçable. La France contemporaine s'organise autour du thème de l'opposition gauche-droite qui n'est qu'une transposition de l'espace hémicyclique faisant face au président de l'Assemblée nationale (et d'ailleurs inventé par Guillotin, de sinistre mémoire). Ce qui est apporté par Bourdieu est son expérience ethnologique sur la maison kabyle, sorte de résumé de cette société. Mais on pourrait aujourd'hui montrer que la maison française standard (souvent réduite à l'appartement) signale aussi la structure symbolique de la société française (et plus largement occidentale, sans doute). Par exemple, la "pièce de vie" se distingue encore des "chambres personnelles", petits univers qui tendent à l'expression de la singularité individuelle (grande valeur de notre société), mais elle tend à fondre cuisine, table "familiale" et divan devant l'écran. On pourrait en faire une métaphore d'une réduction de cette "vie" (à laquelle correspond aussi l'expression gestionnaire "fin de vie" supplantant le symbole "mort"), à un ensemble de consommations complémentaires, plutôt qu'à une modalité de l'affirmation communautaire "face" à la société globale. L'habitat devient ainsi "symptôme" du Sociétal que nous "vivons", tout comme les mots qui le constituent, à commencer par l'abstraction du mot "espace" (lequel n'appartenait probablement pas à la symbolique kabyle). Tout ceci pour vous faire prendre conscience qu'il n'y a aucun mot "neutre" décrivant un monde humain, et que l'emploi de l'un d'entre eux s'articule immédiatement, et souvent inconsciemment par "oppositions pertinentes" à une série d'autres formant une "bulle sémantique" et une armature symbolique. L'hommage de Bourdieu à Lévi-Strauss renvoie aussi plus généralement au structuralisme de l'époque, par lequel les "vrais" savants des sciences humaines tentaient de faire comprendre que l'effort contemporain pour hygiéniser, mécaniser, automatiser, calibrer, "humaniser", etc, le "lieu de vie" théorisé par l'armée des bureaux d'urbanisme et des architectes, était une volonté de "formater" l'humanité dans leur système conceptuel. Un Le Corbusier y aurait presque réussi dans Chandhigar, la ville indienne qui lui avait été confiée, mais une simple visite de cette cité montre à l'envi que les peuples réels subvertissent totalement ces volontarismes au fond totalitaires. La structure s'y trouve mangée, déformée, rendue à d'autres sens, pas tout à fait "l'envers" du nôtre certes, qui suffisamment différents pour que nous puissions respirer (même si une hutte de "hors castes" ne comprend parfois pas de cheminée...).
 kenza belkacem
Vendredi 3 Novembre 2017

Version imprimable
[Ignorer]
sincérement c'est trop compliqué je suis kabyle et je suis un travail sur la maison kabyle ou le monde renversé .et pour moi rien n'est clair.....

Votre nom :


Votre email :
 (non publié)


Message
Balise embed   Annuler ou
Votre vidéo sera affichée en dessous de votre post.



Menu