Recherche

Qu'est ce que la Géo-Anthropologie ? Qu'est-ce que l'anthropologie pluraliste ?


Les News

La psychanalyse au risque des psychanalystes et de l’Etat.

Après la publication du livre : « Ce que les psychanalystes apportent à la société », ERES, 2019 (Collection Poche-Psychanalyse), les soussignés proposent le commentaire suivant, et incitent à à s'y associer ou à le diffuser pour en débattre.
Franck Chaumon, psychanalyste; Denis Duclos, anthropologue politique; Roger Ferreri, psychiatre ou psychanalyste



La psychanalyse va mal : elle n’est pas la seule. L’atmosphère de crise latente qui s’étend en France et dans le monde, l’inquiétude et les doutes populaires qui se propagent partout face aux effets économiques, sociaux et environnementaux de la mondialisation témoignent assez de la profondeur du malaise qui atteint la civilisation humaine.
La psychanalyse ne saurait être réduite à la gestion de difficultés et à l’organisation des thérapies, qu’il lui suffirait d’aménager pour le « Bien de tous » fut-ce dans l’unité la plus œcuménique des corporations professionnelles. L'existence d'un malaise dans la civilisation, obscurci par l’ambiguïté des intérêts en jeu parmi les élites en place, ainsi que le chaos émergeant de leurs stratégies de gouvernance , nous rendent difficile de laisser croire que leurs incidences sur l’individu relèveraient du seul traitement de ce dernier.
Depuis sa création au milieu de tourments qui annonçaient déjà les nôtres, jamais la psychanalyse n’a été aussi directement confrontée aux effets les plus intimes de la montée de cette crise générale. Elle n’est pas non plus la seule, loin de là, mais il devrait être clair pour les successeurs de Freud que cela ne la soustrait pas à la politique. Qu’elle ait son mot à dire en l’affaire, l'oblige à reconnaître ses propres bords : comme ailleurs, le collectif se reproduit de proche en proche par un enchevêtrement de discours quotidiens. On y affirme, dénonce, conspue ou séduit dans la visée légitime d’obtenir sur son prochain un avantage, d’ailleurs rapidement contesté dans les débats. Le passage de la psychanalyse dans la culture peut permettre à ceux qui en reçoivent l’adresse de vérifier l’efficience de ces tendances ordinaires et d’y ajouter au moins un grain de sel. A condition de ne pas devenir elle-même l’argument d’autorité d’une hygiène sociale, qui pourrait aller à chacun comme un gant, telle une démocratie se nourrissant du dogme selon lequel ce qui est valable pour Tous le serait au fond pour chacun .
Car de quoi témoigne principalement l’expérience analytique dans la relation de parole qui fait sa spécificité ? De la manière dont les personnes sont saisies, avec leurs mondes familiers et leurs liens réciproques les plus forts, par d’immenses articulations de systèmes de « gestion des populations », qui, au nom de la même rationalité comptable répandue par les administrations asservies à la logique financière, prétendent guider les masses populaires vers un « avenir transhumain des plus radieux… »
Mais, étrangement, il ne semble pas venir à l’esprit d’une grande partie de la corporation — elle-même sans doute marquée par la peur de perdre un rôle social imaginaire — que ce qui ne va pas dans la société humaine en cours d’universalisation, ce n’est pas tant le symptôme comme souffrance. C’est plutôt le risque que, sous couvert de son essentialisation plus ou moins politiquement « consciente », il permette d'éluder la juste protestation portée par chaque analysant. « Soigner plus efficacement en tous lieux et à tout âge », couvrirait ainsi d’un voile pudique l’idéologie conquérante du contrôle intégral qui a commencé à se mettre en place comme solution.
En réalité, comment ne pas reconnaître, que cette visée est plutôt le problème central lui-même, le « totalisme » à la mesure du fantasme d'une « société-monde » déjà en cours de réalisation par la maîtrise de plus en plus perfectionnée de la question de la valeur, de sa création, de sa promotion et de sa répartition.
On ne voit pas comment le fait d'ignorer ce phénomène massif pourrait aider la psychanalyse à soutenir sa place dans la culture. Bien au contraire, laisser croire qu’en rassemblant la corporation des analystes dans une proposition de participation à une meilleure gestion, plus « scientifique », plus « sérieuse » de nos vies, aiderait la psychanalyse à subsister, relève d’une étonnante erreur d’appréciation.
L’expérience analytique, comme dispositif libérant la parole des discours, se situe ailleurs. Elle est bien placée pour reconnaître à quel point s’émanciper de représentations collectives imposées est la condition d’une parole irréductible aux coordonnées d'un état sanitaire. Or — faut-il le rappeler après l’effort historique obstiné d’un Jacques Lacan pour lutter contre la dérive ordinaire de toute orientation préétablie de la parole ? — cette perspective, une fois prise en idéal « rassembleur », est presqu’irrésistiblement référencée à un ordre salvateur incluant trop aisément celui d’une « loi symbolique ». Encouragée par l’application progressive de critères académiques, « l'expertise à la personne » devient alors un problème en soi, pour les disciplines ainsi reconnues par l'Etat. Elle surdétermine une continuité entre adaptation sociale et psychologie normale. Une antinomie surgit et insiste entre la pratique analytique et le souci d’être reconnus porteurs d'une capacité experte (notamment près des tribunaux), comme si la psychanalyse décorée par l’institution et l’université jetait aux orties la psychanalyse profane.
Reçu par le dispositif du divan, l’acte de parole exige en effet, tant que l’humain ne sera pas changé en effecteur d’algorithmes, un pacte d’indétermination mutuelle interdisant la légitimité d’une emprise par le savoir officialisé sur autrui et sur soi-même. La science (dans son dépassement technologique inévitable) n’en est pas pour autant refoulée ou persécutée : elle est seulement rappelée à la limitation de ses désirs de pouvoir (comme religion de certitude naturaliste certifiée) par l’obligation mutuelle de ne pas répondre à la place de chacun. Car dans ce cas, ce qui l’emporterait (en réduisant cette place à une résistance héroïque), ce serait bien le « lien de masse » déjà constaté et décrit par Freud ou Canetti. Fut-il appuyé par la mise en place générale d‘une discipline de travail et de consommation, dont l’écho de médications narratives sature notre réception des fictions médiatisées.
Il est vrai, de ce point de vue, que la crise contemporaine, la formation d’un cyclone économique, culturel et environnemental d’ampleur inconnue, nous appelle à regretter ou à espérer la conjonction de la paix sociale et d’un idéal convivial. Mais ce n’est pas aux psychanalystes de décider des imaginaires politiques qui pourraient la favoriser dans un avenir assez proche. Ils peuvent seulement — et ce n’est déjà pas rien— rappeler, en n’oubliant pas leurs héros morts (ni en les trahissant sans vergogne), que sans cette liberté — effectivement angoissante — qu’ouvre pour les Humains la continuation de la parole au-delà de tout discours structurant « pour le Bien », il ne peut exister, à brève ou longue échéance, qu’une société de concentration (« redducion »).
A quoi servirait aux psychanalystes de monter dans le bateau du contrôle sociétal, si c’est pour y perdre ce qui leur sert d’âme : le témoignage actuel sur la fonction humaine du pacte de parole vive ? Or le maintien des conditions propices à l’exercice quotidien de cette liberté implique un engagement dans le débat politique général sur la nature même de l’Etat, sur celle de la société-monde et sur celle des communautés et des territoires vivables. C’est un enjeu passionnant et on ne voit pas pourquoi les psychanalystes se contenteraient de se regrouper sous la houlette-parapluie de médiateurs para-syndicaux, ne pouvant proposer, avec la meilleure bonne volonté du monde, qu’un alignement parmi les auxiliaires d’un management « bienveillant ».



Franck Chaumon, psychanalyste
Denis Duclos, anthropologue, philosophe politique
Roger Ferreri, psychiatre ou psychanalyste

Seigny le 15/12/2019






Mardi 25 Février 2020 - 22:35
Vendredi 28 Février 2020 - 04:43
Denis Duclos
Lu 182 fois


1.Posté par Debra le 22/04/2020 16:13

Très intéressant.
Il me semble important de rappeler que le lieu fondateur où la psychanalyse se déploie, entre deux sujets singuliers, dans une relation asymétrique, où l'un s'adresse à l'autre dans une attitude de demande, donc, dans le meilleur des cas, une attitude d'attente confiante dans les capacités de l'autre à pouvoir le recevoir en toute... hospitalité, dans le but de lui servir d'aide, est un lieu privé.
Cela ne veut pas dire que le corps social n'intervient pas, car ceci n'est pas possible, les imaginaires, en "bons" imaginaires, traversant toutes les frontières et obstacles, mais la relation entre psychanalyste et patient/analysant est privée, et même, sous le secret, donc, pas transparente pour deux sous.
Ce lieu, en PREMIER LIEU, donne lieu au déploiement du processus analytique comme acte de parole.
Après, il y a l'épineux problème de la relation des psychanalystes ENTRE EUX, ainsi que l'épineux problème du statut d'un... "savoir" qui pourrait être généralisé depuis la pratique clinique entre les sujets singuliers dans le lieu privé.
Ce problème est indissociable de celui de la légitimité..sociale de la psychanalyse, aux yeux de tous. Il est un problème grandement hérité des préoccupations de Freud lui-même, écartelé entre son désir d'inscrire son bébé dans un cadre qui lui assurerait prestige et RECONNAISSANCE, et la nécessité d'échapper aux dérives o combien positivistes de la science moderne. L'inconscient n'est pas un concept positiviste. Pas du tout.
En ce moment je ne vois pas de salut pour la psychanalyse dans une quelconque inscription ou engagement dans "le débat politique général sur la nature de l'Etat, sur celle de la société-monde,"etc. C'est peut-être même dans des prétentions sociales qu'elle est le plus à même de perdre ce qui lui reste d'âme. Pour éviter de tomber dans le panneau de l'expertise, il faut savoir, en tant que psychanalyste,..SE CONTROLER, et contrôler son désir de... prestige social, un grand péché pour un psychanalyste, à vrai dire. Avouons tout de même qu'il peut être diablement difficile de résister au pouvoir de la parole spécialisée quand autant de... personnes désireuses d'entendre la bonne parole d'expertise la sollicitent. Jésus lui-même ne fut pas insensible au désir de ses ouailles à voir en lui.. un sauveur.
Il me semble que le lieu où les psychanalystes peuvent aider leurs patients/analysants à résister au nouvel empire universel, se constituant sous, mais avec les auspices d'une science elle-même érigée en religion.. par une humanité encore et toujours dans le besoin d'un sauveur, reste le cabinet non transparent du premier lieu.
Cela fait partie des paradoxes de la modernité qu'"on" nous somme d'exercer notre liberté censée devenir absolue grâce à l'état et la loi, alors qu'à l'échelle du sujet singulier, nous n'avons jamais été autant encouragés à nous prendre pour des impuissants ayant besoin d'une protection continue.
Le paradoxe est la condition humaine et on n'y échappera pas.
Le lieu privé du cabinet du psychanalyste est un lieu où la langue est royale. Certes, des fois les mots s'imposent d'eux-mêmes, et même presque toujours, mais cela ne nous empêche pas de mettre notre "choix" des mots SOUS LA LOUPE, ne serait-ce que pendant un instant.
Nous n'échapperons pas à la condition humaine, même en devenant... des machines...ouf, d'ailleurs.
Mais que pouvons-nous pour les insensés qui s'adonnent à la fuite en avant pour y échapper, et ne veulent pas entendre.... RAISON ?
Même Jésus n'imaginait pas qu'il pouvait sauver tout le monde. Il disait même, EN BON MEDECIN, "va en paix, TA FOI T'A SAUVE".
Non pas la médecine, la psychanalyse ou le psychanalyste, mais TA FOI.
Amen.

Nouveau commentaire :

Commander des livres de Denis Duclos (études et essais) | Commander des Romans de Denis Duclos / Order Novels by D.Duclos | Introduction aux sujets principaux/ Introduction to key topics | éléments pour une géo-anthropologie (geo-anthropology) | Théorie de la pluralité/Pluralist Theory | Séminaire " PLURALITE OU DYSTOPIE " (Présent et avenirs alternatifs de la société-monde) | Séminaire "Société-monde" de Comberouger | Eléments du séminaire anthropologie analytique/géoanthropologie (2000-2008) | L'actualité en anthropologie de la société-monde / updates on the anthropology of world-society | Géopolitique et géostratégie | Origines et dynamiques des cultures / origins and dynamics of cultures | Les conversations entre cultures / conversations between cultures | Psychisme et culture | Fonder l'anti-sociologie | Fonder les places du singulier et du familier en sciences humaines / setting up the bases of singularity and familiarity | L'actualité dans les sciences de l'homme et de la société / updates on human and social sciences | Analyses de la "grande crise contemporaine" | tueurs en série, tueurs-suicidants de masse : symptômes du Sociétal | Les "grandes peurs" :symptômes muets de désirs et de besoins humains | Histoire d'un chercheur / a researcher's story | Publications | direction de thèses | textes de D.Duclos traduits du français/ Denis Duclos' Texts translated from French (English, German, Italian, Spanish, | bibliographies des thèmes travaillés par Denis Duclos / bibliographies of subject matters studied by Denis Duclos | le programme de recherche de Denis Duclos au CNRS / Denis Duclos' research program at the CNRS | Projets de manifestations, séminaires, rencontres et colloques | Imaginary dialogues (which could have been real if anyone had responded) | questions et choix philosophiques | Prises de positions, alertes / stands, warnings,whistle blowing | Papers, réflexions, interventions, réactions, propositions... / papers, reflections, reactions, interventions, proposals | Thèmes spécifiques (ecologie, risque) / Specific subjects (ecology, risk) | Rabelaisiâneries / Rabelaisian jest


Menu