Recherche

Qu'est ce que la Géo-Anthropologie ? Qu'est-ce que l'anthropologie pluraliste ?


A qui profite le krach ? (Le marché 'baissier' est-il une arme stratégique ?)



Même Paul Jorion ne pouvant pas répondre à cette question, j'ai été obligé d'en passer par un projet de roman géo-polar pour tenter d'imaginer des scénarios plausibles. En réalité, il semble que les seules possibilités de peser massivement sur le marché (par exemple en jouant sur les taux) soient réservées encore à des acteurs étatiques importants. Or dans ce cas, leur politique financière est simplement assimilée à leur politique tout court, et interprétée par les autres acteurs nationaux comme action amicale ou inamicale. Elle peut donner alors lieu à des contre-politiques prévisibles et entre dans un "jeu de go" où les joueurs passent plus de temps à ne pas jouer qu'à jouer.
Mais si "les Chinois" (qui n'ont toujours pas de sous-marins nucléaires assez furtifs) décidaient tout de même (pour le bien de l'Humanité) d'en finir avec la capacité de nuisance des Américains et de ne plus soutenir le dollar en injectant du soutien des bons du trésor, cela se verrait immédiatement. Cela peut se produire aussi par petites touches prenant valeur de "signes forts" comme on disait dans les années 2000.
Je ne sais pas ce que Jorion en pense, lui qui doute systématiquement fortement et un peu gâteusement (vu qu'il est plus âgé que moi d'un an) des "signes de reprise" , mais j'aurais tendance à imaginer que les Chinois sont partagés entre l'envie de voir reprendre la consommation américaine de babioles rentables, et leur inquiétude de les voir encore s'endetter, ces fous. Et j'imaginerais aussi volontiers -ce que je fais dans le polar- que leur sagesse immémoriale penche plutôt pour stopper ces 'gamblers" impénitents, littéralement saoulés au whisky puritain qui les fait se croire élus au dessus du monde (heureusement que nous avons les rhums de la Martinique). Dans ce cas, si j'ose moi-même le risque de jouer (et le jeu de risquer, comme m'aurait complété Bourdieu-Dupont), je pronostiquerais volontiers que les Chinois commencent à faire monter les taux de long terme aux Etats-Unis. Et si je me trompe, je mettrai la faute sur Jorion, qui n'avait qu'à ne pas se jouer du risque de pronostiquer !
D'autant que Jorion n'a sûrement pas prévu la réaction d'un Monseigneur ultramontain et traditionnaliste qui, s'il n'a toujours pas été excommunié, le doit (dans mon roman) au fait que son groupe détiendrait une gigantesque fortune en or remontant aux Templiers, et qu'il serait prêt à le lâcher sur le marché au moment opportun pour aider l'économie mondiale à s'écrouler (le monde appauvri reviendrait alors automatiquement à la prière en latin).
Chinois plus Vieux Catholiques = crise économique accentuée et retour des Américains à l'épargne (et les Sud-Américains à la misère, propice à la foi.)
Roman, donc, qui devrait être drôle et parfaitement délirant.

Pas tant que cela ? Ah bon ?

En fait, je crois hélas que les choses ne seront ni aussi tragiques ni aussi amusantes : les Américains rendus raisonnables par Barack Obama se serreront la ceinture pour réorganiser leur économie autour des cellules photovoltaïques et des éoliennes, et les Chinois seront d'autant plus obligés de soutenir le dollar que les fichus Yankees ne voudront plus acheter leurs babioles.Et quand le pétrole remontera d'un coup à 200 dollars, ils en seront pour leur pomme, vu que les Américains auront acheté des voitures électriques -certes japonaises-. Le problème avec les Ricains, c'est que vous avez beau savoir ce qu'ils vont faire en secouant les baguettes d'achillée du Yi King, en fait çà
ne se passe jamais comme prévu. Enfin , j 'espère.


Tags : hausse des taux Paul Jorion sous-marins chinois furtifs
Rédigé par denis duclos le Lundi 3 Novembre 2008 à 04:06 | Commentaires (0)

Samedi 25 Février 2012 - 16:52
Mercredi 7 Mars 2012 - 20:47
Denis Duclos
Lu 643 fois

Nouveau commentaire :

CRISE DU CAPITALISME ET CONSOLIDATION DU SYSTEME-MONDE


Menu